Fortifications & artillerie… lorsque les mots ont un sens !

Magasin à poudre des Minimes - Blaye
Magasin à poudre des Minimes - Blaye

À l’heure où le langage s’appauvrit à vue d’œil, les réseaux sociaux en sont le témoin, au quotidien, il est un domaine où le mauvais usage des termes fait quelque ravages : il s’agit d’un domaine qui nous est cher, les fortifications !

L’art de la fortification, fort d’une histoire plus que millénaire — de la fortification médiévale en passant par la fortification bastionnée et jusqu’à ses ultimes avatars —, a développé un langage aussi spécifique que précis : un terme ou une locution (groupe de mots constituant une unité lexicale) ont, le plus souvent, un signifiant unitaire.

Une préoccupation déjà ancienne… trouver le mot juste.

En l’occurrence, hier comme aujourd’hui, le (bon) dictionnaire est notre meilleur allié. Si les ouvrages sont nombreux, on y inclut également tous les ouvrages spécialisés (cf. Balliet J.M. — bibliographie critique).

Deux exemples…

1° Un ouvrage qui avait connu une grande notoriété éditoriale et aujourd'hui probablement aisément accessible (cf. Gallica & al.) amis qui est loin d'être exempt de défauts.


LA CHESNAYE-DESBOIS (François de Aubert de)Dictionnaire militaire, ou recueil alphabétique de tous les termes propres à la guerre, Sur ce qui regarde la Tactique, le Génie, l’Artillerie, la Subsistance des troupes, & de la Marine. On y a joint L’explication des travaux qui servent à la construction & à la manœuvre des vaisseaux ; Les Termes des Arts mécaniques qui y ont rapport, comme Charpentiers, Menuisiers, Forgeurs & autres ; Et des détails historiques sur l’origine et la nature des différentes espèces, tant d’offices militaires anciens & modernes, que des armes qui ont été en usage dans les différens tems de la Monarchie par M.A.D.L.C. Nouvelle édition, Revuë, corrigée & considérablement augmentée par M. E. Colonel-Ingénieur au service de Sa Majesté le Roi de Pologne, Electeur de Saxe. Dresde, George Conrad Walter, 1751 ; in-12, [vol. 1] 1271 pp, [vol. 2] 1191-191 pp.

Par M.A.D.L.C., i. e. François Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois [1699-1784], édition augmentée par un officier anonyme qui, d’après Bardin, serait Eggers (Jacq. von). Seuls les articles marqués d’un astérisque sont véritablement de lui. On trouvera plusieurs suppléments à la fin du second volume. Une liste des régiments d’infanterie, de cavalerie et de dragons français sur pied à cette époque. Outre un bref historique et le nom des colonels, on y trouve une description des pièces de l’uniforme. Suit une liste historique des troupes espagnoles précédée d’une dissertation sur les noms de tous les régiments (traduit de l’espagnol par I.E., Colonel-Ingénieur), une liste historique des troupes d’Autriche, de Saxe & de Hanovre L’auteur après avoir été capucin et s’être fait compilateur aux gages du journaliste Desfontaines, compose sept ou huit dictionnaires sur toutes sortes de matières (noblesse, les poissons, etc.). Bardin critique sévèrement cet ouvrage : « On ne peut le regarder que comme une entreprise de librairie, et il n’offre qu’une marqueterie littéraire sans mérite. Lachesnaie cousait sans goût ni choix des extraits ou des articles entiers qu’il dérobait aux livres militaires français qu’il avait sous la main ; c’est ainsi qu’il a pillé mot à mot Bénéton et tant d’autres ; il arrangeait ensuite alphabétiquement ces lambeaux sous le passeport juste faux de tel ou tel mot pris au hasard ; aussi son dictionnaire n’est-il éclairé d’aucune critique ; il offre des opinions contradictoires, des raisonnements longs et obscurs, sans divisions, sans interprétations, sans esprit d’analyse. ». Cet ouvrage sera traduit en Allemand et repris en français en 1758.

2° La référence en matière de dictionnaire d'artillerie : L'ouvrage du colonel COTTY et son supplément.

COTTY (Colonel G. H.) - Paris, Chez Mme Vve Agasse —Librairie militaire d’Anselin (Supplément), 1822-1832 ; in-4, vii-508 pp. - Supplément vii-637 — [5] pp. 

Dictionnaire englobant les termes des dernières avancées en matière d’artillerie, se donnant pour but la continuation des travaux de Pommereul pour l’Encyclopédie méthodique de 1784 (Pommereul en fit approuver le plan par Gribeauval et demanda la collaboration des officiers du corps royal de l’artillerie). L’auteur a su dépasser le cadre d’un dictionnaire en y insérant des articles sur la balistique (Servois) ou en présentant avec précision l’état contemporain du personnel et du matériel de l’artillerie dont il avait une connaissance intime. Si Bardin relève quelques fautes typographiques, en particulier dans la partie bibliographique où plusieurs noms propres sont orthographiés de manière inexacte, le dictionnaire de Cotty est réellement précieux pour tous les techniciens. Gaspard-Hermann Cotty occupera de nombreuses fonctions d’importance : On lui doit la création de la célèbre manufacture d’armes de Châtellerault (1816) et, avec le grade de général d’artillerie, il s’intéresse tout particulièrement au pendule balistique (des épreuves sont réalisées à Gâvres sous sa direction). Envoi autographe ainsi qu’en témoigne la lettre de l’auteur au Comte Charbonnel, lieutenant-général d’Artillerie.

Relié à la suite : Supplément au dictionnaire de l’Artillerie par le général baron H. COTTY, directeur du service des poudres et salpêtres, commandeur de la Légion d’Honneur, chevalier de Saint-Louis. Dictionnaire spécialisé englobant les termes des dernières avancées en matière d’artillerie et se donnant pour but la continuation des travaux de Pommereul pour l’Encyclopédie méthodique de 1784 qui fit date et qui reste aujourd’hui le dictionnaire de référence en matière d’artillerie de la première moitié du XIXe. Ex-libris aux armes du Baron J. de Cartier d’Yves. Exemplaire avec un envoi autographe de l’auteur.

Quelques exemples sauront éclairer notre propos.

  • Une place forte est trop souvent confondue avec une citadelle : pourtant la nature des deux objets est tout autre ;
  • « Batterie côtière » alors que le terme approprié correspond à « Batterie de côte » : si le mésusage est fréquent ; il ne viendrait pourtant à l’esprit de personne de parler « d’artillerie campagnarde » !
  • L’utilisation des mots tels qu’« encuvement », certainement par analogie, mais toujours de manière inappropriée, alors qu’il s’agit, dans ce cas, d’une « cuve à canon » ou, le cas échéant, d’un alvéole d’artillerie (ce n’est pas une erreur, c’est un nom masculin même si le féminin est accepté).

Un terme honni… celui de « poudrière » !

Analysons de manière plus approfondie une erreur parmi les plus fréquentes… la fameuse « Poudrière », terme à bannir s’il en est un lorsqu’on parle de fortifications !

Vous chercherez probablement vainement ce terme dans les dictionnaires et manuels d’artillerie ou de fortification.

C’est le fameux Dictionnaire de la langue française, par É. Littré — LE Littré — qui bien qu’ancien, puisque publié à la fin du XIXe siècle, en donne la définition la plus précise et surtout met en garde à l’encontre d’un usage inapproprié ! D’après le Littré, le terme « Poudrière » connaît trois acceptions…

1° Boîte à poudre pour sécher l’écriture.

2° Boîte, récipient dans lequel est contenu l’approvisionnement de poudre d’un tireur ; on dit aussi poire à poudre.

3° Fabrique de poudre à canon, Dict. de l’Acad. (Cela est contraire à l’usage de l’artillerie qui dit toujours poudrerie.)
Magasin de poudre, Dict. de l’Acad. (Cela est contraire à l’usage de l’artillerie, qui dit toujours magasin à poudre.)

Cet exemple est particulièrement éloquent : le dictionnaire de l’Académie est ici dans l’erreur… les académiciens ont beau porter une épée, il s’agit de gens de lettres généralement peu versés dans les sciences militaires ! Le Littré montre ici toutes ses qualités par ses remarques tout à fait pertinentes.

C’est bien l’usage militaire du terme qu’il faut retenir, car c’est le seul qui, en l’espèce, se révèle exact et vous chercheriez vainement dans quelque texte plus ancien le terme « poudrière » !


Magasin à poudre - Fort Médoc
Magasin à poudre - Fort Médoc

Pourtant le magasin à poudre semblerait connaître dans la marine un synonyme connu de tous, la fameuse « Sainte-Barbe ». Là encore, nous serions dans le faux (toujours d'aprs le Littré)… Terme de marine. Emplacement qui, dans un vaisseau, contient les ustensiles d’artillerie (emplacement qui a toujours été distinct de la soute aux poudres). Abusivement, on a dit : « mettre le feu à la sainte-barbe » pour « mettre le feu aux poudres, à la soute aux poudres ».

Plaidoyer pour un bon usage de la terminologie…

En matière de sciences historiques, le choix linguistique est particulièrement important, car il permet d’être précis dans son propos : richesse lexicale et richesse de la pensée, lorsqu’il s’agit de la partager avec autrui, vont de paire !

Aujourd’hui, les sources de qualité — imprimées voire sur Internet — sont suffisamment nombreuses pour permettre, avec un minimum d’efforts et d’attention, d’utiliser le « mot juste ».


Dr Balliet — 30 août 2018



Magasin à poudre  — Citadelle de Besançon


Commentaires

Unknown a dit…
félicitations pour le bon usage des termes en particulier magasin à poudre ! c ' est si beau à dire et encore plus émouvant à visiter