La place forte de Villefranche-de-Conflent



Le front nord, vue prise depuis le bastion du Roi.
Si Villefranche-de-Conflent est un des lieux les plus visités des Pyrénées-Orientales, la qualité de l’accueil, à l’instar des autres sites de la région, est tout aussi remarquable.


La municipalité, en la personne de Madame le Maire, et les personnels de l'office du tourisme y contribuent largement et nous leur adressons, à l’occasion de la rédaction de ce billet, nos pensées les plus amicales.


Sa situation au carrefour des vallées de la Têt et du Cady, sur la route menant de Cerdagne à Andorre, confère depuis longtemps une importance stratégique exceptionnelle. Après le siège de 1654 par les Français, c’est en 1668 que le Chevalier de Clerville décide de mettre la ville à l’abri d’un retour offensif des Espagnols. Aux premiers projets, jugés dispendieux par Louis XIV, se substitue simplement le relèvement des remparts détruits quelques années auparavant par les troupes françaises. Un second projet, toujours aussi ambitieux est proposé en 1669, cette fois par Vauban, mais sans plus de succès...


Voir l'article complet ici

Commentaires